la Foule s'exprime

L’atelier des scribouilleurs : partage d’août



Attrape rêves


Très chers tous,

de la tendresse dans vos maisons, des mots doux sur vos lèvres, que votre journée soit douce,

Pour ce 3ème atelier, le thème se prêtait à la poésie, on vous a lu en rythme et en rimes, mais pas seulement.

Nous ici en rédac, on n’a qu’une chose à dire : vous êtes épatants !

Petit rappel du thème :

« Tu as 7 ans, ce que tu aimerais plus tard, c’est devenir « éleveur de rêves ». Seulement papa, maman et la maîtresse ne semblent pas comprendre ta vocation. Tu te lances dans un plaidoyer. »

Ce mois-ci, c’est Bezuth qui vous embarque… et on ne saurait jamais assez vous conseiller d’aller fouiner dans les autres pépites de textes qui suivent.

Bon voyage.


Arrêtez de crier !

Maman ? Depuis combien de temps tu ne t’es pas allongée par terre pour regarder les nuages ?

Pourquoi tu me regarde comme ça, Maman ? Tu as les bras ballants, les courses que tu portais s’étalent par terre. C’est mon uniforme qui te fait ça ? Je suis content qu’il te plaise, tu sais, c’est moi qui l’ai dessiné et fabriqué ! Il est unique, mon uniforme.

Pourquoi faire ? Mais je te l’ai dit hier, Maman ! C’est pour élever les rêves.

Arrête de crier, Maman ! C’est pas ma faute si les œufs sont cassés ! Quelle idée de faire une omelette sur le parquet ?

***

Papa ? Pourquoi je peux pas utiliser tes tubes de peinture ?

Tu en as besoin ? Mais tu sais, les miens ils ont pas de belles couleurs comme toi. Regarde !

Arrête de crier, Papa ! C’est que de la colle et des paillettes pour mon uniforme, tu devrais être content j’en ai pas mis partout dans ton bureau. Par contre, toi, tu viens de repeindre la moquette. Tu as raison, c’est joli les pois verts sur un bleu foncé.

Mais pourquoi vous me criez ? C’est moi qui devrais crier ! Vous m’avez obligé à me laver, vous avez cassé mon bel uniforme.

De quoi, c’était pas un uniforme ?

De quoi, c’est dangereux la peinture sur la peau ?

De quoi… Quoi ? Puni ?

Pourquoi je devrais arrêter de pleurer ? Vous comprenez rien à mon métier !

***

Dis Maîtresse, pourquoi t’es jamais en jupe ?

De quoi, ça me regarde pas ? Bien sûr que si ! Je voudrais bien en avoir une, moi, de jupe, pour mon uniforme. Non, pas pour aller à l’école ! Pour devenir éleveur de rêves.

De quoi, c’est quoi un éleveur de rêves ? Bah c’est mon métier, c’te question !

Vous savez vraiment pas ce que c’est ? Un éleveur de rêve, c’est comme un dresseur de nuages. Il fait grandir les rêves au cœur des songes des enfants, il s’occupe bien d’eux, les lave quand leurs idées sont trop noires et leur fournit du thé quand il y a plus de café, parce que leurs nuits sont longues, vous savez ?! Ils se reposent jamais, les rêves. Un peu comme le Père Noël.

De quoi, je regarde trop les dessins animés ?!

Mais vous, vous vous êtes jamais demandée comment les rêves arrivent jusqu’à vous, Maîtresse ?

De quoi, l’inconsciente et tout ça ? Arrêtez d’expliquer ce que vous voulez pas comprendre avec des grands mots compliqués ! En fait, vous êtes maîtresse juste pour écraser les enfants sous votre vérité, vous voulez même pas savoir la mienne, de vérité, et cette vérité c’est que les rêves ça pousse pas comme ça sur votre oreiller, il faut les chouchouter, ouais, les chouchouter fort pour qu’ils deviennent beaux sinon ils virent au cauchemar et vous vous réveillez en pleurant, et en plus vous vous êtes toute seule, y’a pas votre papa et votre maman qui arrivent dans votre chambre pour vous dire que c’était qu’un mauvais rêve. Mais c’est pas de sa faute, au rêve, s’il est mauvais. Il a juste été mal élevé, les rêves ils ont pas de papa ou de maman ou de maîtresse pour les surveiller s’ils font des bêtises ! Ils ont juste moi mais vous vous voulez pas…

De quoi, vous voulez que je me calme ? Vous comprenez rien !

Non, je m’excuserai pas. J’ai rien dit de méchant, j’ai juste voulu expliquer ce que c’était, être éleveur de rêves.

De quoi, c’est pas un métier ?

Je parle comme je veux ! De toute façon, vous vous en moquez de moi ! Je peux faire ce que je veux, toi Maman, t’es jamais là, et toi Papa, tu gribouilles toujours avec ta peinture. Et vous Maîtresse, vous avez tellement d’élèves qu’un de plus ou de moins, c’est la même. Pourquoi vous voulez pas que je devienne éleveur de rêves ?

Je peux faire ce que je veux, vous êtes pas là pour m’en empêcher. Vous êtes là que pour crier une fois que c’est fait. Alors moi, j’vais finir par m’évaporer pour rejoindre les nuages et élever mes rêves tranquilles.

Vous aurez qu’à crier sur mon cadavre.

Bezuth

Pour suivre Bezuth sur son blog, c’est par ICI

  


« Etre astronaute, pompier ou pianiste

Le tour du monde, trouver l’amour, être activiste…

N’ai pas peur de la longueur de la liste » – Ounsa 

01_Ounsa

« La maitresse dit qu’à rêver je mérite une punition

Et que ma priorité est la conjugaison

Mais avec le rêve, je conjugue mes idées les plus folles

Libre de toute barrière, mon esprit s’envole. » – Ness N

02_Ness N

 

« Car vous êtes des adultes et il y a en ce monde des dimensions qui vous échappent. » – Ilhem

03_Ilhem

 

« Éleveur de rêves parce que j’ai réussi à faire croire à AB productions que le titre pas de pitié pour un croissant était plus approprié que pain au chocolat, celui-là étant réservé pour plus tard à Jean-François. » – Biggy Bill

05_Biggy Bill

 

« La petite mort comme on dit, De laquelle, presque toujours, on revient. Mais les sommeils souffrent aujourd’hui, Les rêves ont perdu leurs copains. » – Imaad

06_Imaad

 

« … je pense que je changerai de voie, complètement, déjà si j’ai mon brevet je ferai un CAP. Il paraît qu’à Paris, il y a une option pour devenir éleveur de rêves. » – Luo GU

07_Luo GU

 

« J’inspire un cumulus gris

Et expire un nimbus aromatisé.

Je me sens vidé,

La moutarde me monte au nez. » – Grâce naïve NJ

08_NJ

 

« Ni différé ni projet, Tous les jours c’est aujourd’hui,  Sans projet infèrent l’instant,  Le présent comme plus beau cadeau, Me pressant chaque jour de le déballer curieuse de ce qu’il allait m’offrir,  Tantôt pleurs tantôt rires » – Inco Gnito

09_Inco Gnito

Commentaires

commentaires




sep