la Foule s'exprime

L’atelier des scribouilleurs : partage de juillet



Incendie - Crédit Sebastiano Pitruzzello - Flickr

Incendie – Crédit Sebastiano Pitruzzello – Flickr


Bonjour à tous, paix dans vos chaumières et au-delà,

Ce mois-ci, l’exercice était pointu et chargé de sens, merci d’avoir chaussé le « JE » avec tant d’aisance.

On a voyagé engagé à travers vos plumes et vos sandales, chaque texte nous prenant au dépourvu, souvent à revers et aux tripes en tout cas !

Vous y avez mis les vôtres et ça se sent.

Attention humble lecteur, prépare-toi à être ému autant que dérouté !

Nous te laissons découvrir le texte d’Inco Gnito.

PS : Les autres textes sont partagés en pièce jointe et tu raterais gros à ne pas aller y jeter un œil.

Bonne lecture !


ন্যায়সঙ্গত ভারসাম্য(1)

Bonjour tout le monde je m’appelle Fardin et vais vous démontrer qu’il n’y a pas que la misère et l’esclavage moderne au Bengladesh.

Je veux te voir sourire.

Oui tu as compris je veux te faire vivre un instant à mes coté, te faire respirer mes épices faire frétiller tes papilles rien qu’en me lisant, redorer notre image.

Je veux savoir que tu salives d’envie,  je veux attiser ta curiosité, imprimer des photos imaginaires à jamais dans ta mémoire.

Je suis enchanté de te savoir à mes côtés,

Toi & Moi !

Ferme les yeux et ressens la noblesse de l’instant et des lieux à quelques mètres du golfe du Bengale au pays des 1001 fleuves.

Nous sommes au soleil. Ce soleil et la chaleur qui l’accompagne nous caresse tendrement la peau, un vrai délice d’ailleurs j’ai bien envie de t’offrir un petit kesari gâteau de semoule parfumée et un lassi rose…menthe…banane….ou mangue ton plaisir sera le mien.

Il est 11H30 quelqu’un est venu nous poser un parasol afin de nous protéger.

J’ai lu de la tristesse dans son regard. Je lui prendrai à lui aussi une douceur pour illuminer sa journée.                     Nous sommes à l’ombre d’une chaleur incroyable maintenant, les uns à côté des autres de plus en plus nombreux, tous de brillants étudiants.

Tous responsables de service commercial et divers entrepreneurs au sein des fleurons de la nation bangladaise : LE TEXTILE,  avec laquelle nous faisons vivre nos familles.

Pour être honnête c’est à l’occident à qui je dois cette ascension.

অবিচার(2)

Il est 12h et nos Kesari tardent à venir, je m’impatiente.

Ça me laisse le temps de te faire une confidence : j’aime les belles histoires.

Nous sommes bien allongés proche de la plage …

…mais la chaleur exceptionnelle est due à l’incendie de l’usine où les étudiants experts en stratégie de survie, négocient chaque jour, un jour de plus de labeur pour la survie de nos familles.

Corvéable du service couture mon parasol n’est autre que mon linceul.

J’ai enjolivé les choses car j’ai l’honneur et la fierté d’affronter ma destinée sans attirer la pitié des hypocrites.

Préférant ainsi l’humilité à l’humiliation.

L’enchantement est tombé, ici il ne reste plus que moi.

Néanmoins, une chose est vraie : ma libération ! Je vous la dois, vous avez creusé ma tombe. Mais je ne peux pas vous en vouloir vous êtes trop loin pour sentir l’odeur de nos cadavres et ce n’est pas de la distance dont je parle.

Pour certains la vie est sacrée, la mienne a un prix, 60 fois moins que la vôtre.

Vous avez de la peine ? … je n’ai que faire de votre peine depuis que vous la rangez soigneusement dans votre penderie.

L’honorable Fardin.

(1)Equilibre
(2)Injustice


 

« Il paraît que ton bonheur, tu dois pouvoir le toucher pour le voir : il te faut du papier inutile dans le sac de cuir que tu rentres dans les poches que je couds sur tes pantalons ». Bezuth

Découvre ici le blog de Bezuth : http://lebazardebezuth.e-monsite.com/blog/commentaires/tot-ou-tard.html

Juillet 2016_Zélie aka Bezuth_01

         

 

« -Il y a toujours mille soleils à l’envers des nuages. 

-Ne perds jamais espoir Sayed, travaille dur et sois sage… » NJ

Juillet 2016_Mariangela_03 

 

« Je suis trop petite pour savoir cela, je ne sais rien de ce monde, que le chemin qui me mène à l’atelier, rien d’autre, c’est la seule chose que j’ai apprise de toi maman en dehors des frontières de la maison. Ce chemin, et comment faire en sorte que l’étiquette reste droite quand on la coud sur le t-shirt. » Mohamed El Idrissi

Juillet 2016_Mohamed_04 

 

« La course à l’apparence et aux profits se déchaîne, rien ne peut vous ébranler,
Même notre malheur ne peut vous arrêter de dépenser pour encore enrichir ces gros PDG. » Anissa SALAM

Juillet 2016_Anissa_05

 

« Il parait que c’est  la lumière bleutée des écrans qui fait fuir le sommeil. La lumière bleutée et cette pression. Toujours plus et plus et plus. Je me sens vide d’un coup, l’oreiller à mes côtés ne me répond qu’avec un silence coutumier, je réalise que je suis tout seul ce soir… ». Khadija Bînt Abdullah

Juillet 2016_Khadija_06 

 

« Il n’a plus de rêves pour lui-même, il rêve pour la gamine de 6 ans aux cheveux en pagaille et aux yeux qui parlent à l’âme ». Aimée Ternois

Juillet 2016_Aimée_07

 

« Jour après jour elle me consume, je vis dans ses entrailles, j’y suffoque ses vapeurs dangereuses, j’y supporte ses charges trop lourdes, l’usine »… Bint Ibrahim

Juillet 2016_Bint Ibrahim_08

Commentaires

commentaires




sep